app logoapp name
app logoapp name
Les limites de la jalousie ?
Saadia Agdar
Article illustration

Dans un couple qui s’aime, la jalousie est un sentiment naturel qui souvent peut être preuve d’amour. Un jour, notre maître le prophète, paix et salut sur lui, dit à ses compagnons qui s’étonnaient de la jalousie de Seyidna Sa’d ibn ‘Ubâdah, que Dieu l’agrée : « La jalousie de Sa’d vous étonne-t-elle ? Je suis plus jaloux que lui et Allah est plus jaloux que moi » (Bukhârî). Cependant, la jalousie qui rime avec paranoïa et qui insupporte l’autre est plus maladif qu’une preuve d’amour. Il faut savoir laisser la confiance prendre les rennes afin de garantir l’harmonie.

Inscrivez-vous à notre newsletter 💌
Ne loupez plus un seul de nos articles, inscrivez-vous à notre newsletter !

Suggestions

Vie de couple chez les Musulmans

Je n’aime plus mon mari

L’imam Bukhari et Nasai rapporte que la femme d’un compagnon nommé Seyidna Thabit ibn Qays, que Dieu l’agrée, est venu voir notre maître le prophète, paix et salut sur lui, et lui dit : « O messager d’Allah, je ne reproche rien à Thabit ni dans sa moralité ni sans sa pratique religieuse mais je ne le supporte plus parce que je ne l’aime plus », et notre maître le prophète, paix et salut sur lui, lui dit : « Qu’est ce qu’il t’avait donné comme dot ? », elle répondit : « un jardin ». Il lui dit : « Est-ce que tu peux lui rendre son jardin alors ? », elle dit oui et notre maître le prophète, paix et salut sur lui, dit à Seyidna Thabit ibn Qays, que Dieu l’agrée: « Accepte le jardin et répudies la ». Ce hadith est clair, la femme ne peut être retenue otage auprès d’un homme qu’elle n’aime plus et pour se libérer de lui il lui faut rendre la dot qu’il lui avait offerte, comme le stipule le verset 229 de la sourate 2. Nous rappelons que le divorce est une solution à laquelle il faut mûrement réfléchir.

Mickael Sall

il y a 2 mois

Vie de couple chez les Musulmans

Comment me comporter avec ma belle famille

Le mariage ne sert pas seulement à unir deux être mais il unit aussi deux familles qui ne formeront plus qu’une à part entière. De ce fait, il est du devoir des époux de se comporter avec le plus grand respect vis-à-vis des beaux parents car des liens de parentés ont été tissé dès lors où l’union a été contracté. « Les liens de parenté s'accrochent au Trône de Dieu en disant: "Celui qui nous respecte que Dieu reste lié à lui! Et celui qui nous rompt, que Dieu rompe avec lui ". » (Bukhari).

Toutefois, il incombe aux beaux parents de respecter la vie privée de leurs enfants, à ne pas faire de distinction avec le gendre ou la bru et de les considérer comme des membres de la famille à part entière. De même que l’on ne doit pas abuser en leur imposant ou en attendant d’eux des choses que l’on ne saurait obtenir de ses propres enfants.

Saadia Agdar

il y a 2 mois

Vie de couple chez les Musulmans

Conséquence de la conversion sur un mariage antérieur

Lorsqu’une femme se convertit laissant son mari dans son ancienne foi, alors les oulémas, toutes écoles juridiques confondues, s’accordent sur un fait : la femme dispose d’un délai de viduité, si son mari la rejoint dans sa nouvelle foi alors le mariage reste valide. S’il ne se convertit pas, alors ils devront être séparés se référant ainsi à certaines sources comme Sayda Zaynab, que Dieu l’agrée, la fille du prophète paix et salut sur lui, qui était l’épouse d’Abi al-As Ibn ar-Rabi avant l’Islam. Quant elle se convertit son mariage fut dissous et elle rejoignit son père. Ensuite, quand le mari se convertit, notre maître le prophète, paix et salut sur lui, lui rendit sa femme (Tarmidhi). Et selon Seyidna Anas, que Dieu l’agrée: « Abou Talhata a épousé Um Salim et la dot offerte était l’Islam car la femme s’était convertie avant l’homme et quand celui-là a demandé sa main, elle lui dit : si tu te convertis, je t’épouse » c’est ainsi que l’Islam a constitué la dot dans ce mariage (Nassaï). Ou encore la fille de Seyidna Walid Ibn al-Moughira, que Dieu l’agrée, femme de Seyidna Safwan Ibn Umayya, que Dieu l’agrée, qui s’était également convertie avant son mari et le mariage avait été dissous. Puis il s’est converti et a repris sa femme. (Muwatta)

De même que Um Hakim bint al-Harith ibn Hisham, que Dieu l’agrée, était la femme de Seyidna Ikrim ibn Abi Djahl, que Dieu l’agrée. Leur mariage fut dissous. Puis il se convertit dans le délai de viduité et reprit sa femme (Ibn Abi Shayba). Toutefois, certains juristes divergent sur la durée de cette période d’attente entre un minimum de trois mois et le temps nécessaire pour permettre au mari d’apprendre à connaître les enseignements de sa foi. Parmi les contemporains, il y a de plus en plus de savants qui considèrent que cette séparation dû à la conversion n’a plus lieu d’être, surtout lorsqu’il y a des enfants en jeu.

Mickael Sall

il y a 2 mois