app logoapp name
app logoapp name
Fonder une famille
Sheikh Ahmad Mustapha Mbaye
Article illustration

Comment réussir à fonder une famille, qui vit dans l’union et l’harmonie et qui parvient à atteindre ses objectifs ? Comment préserver notre vie, celle de notre famille et de notre descendance de l’échec ? Quelles sont les recommandations religieuses et spirituelles à appliquer pour connaître l’aboutissement de son projet à savoir fonder une famille ? Toutes celles et ceux, qui sont en quête d’une vie paisible et agréable, entourés d’une famille adorable et protégée de toutes tentations, sont confrontés un jour à toutes ces interrogations.

Cet article n’est pas une copie du précédent paru dans la rubrique « le rappel du vendredi », mais il est complémentaire, dans la mesure où il traite des différents conseils et recommandations apportés par l’islam en vue de mener à bien son projet familial. Un projet qui débute dès la recherche de l’âme sœur, se concrétise par le mariage et se poursuit à l’arrivée des enfants.

Pourquoi fonder une famille ?

Parmi toutes les bonnes raisons qui peuvent inciter le musulman à fonder une famille, on peut citer : la volonté de remplir le rôle de garant de la pérennité de l’espèce humaine sur terre. Le fait d’accroitre la population contribue également à l’essor de l’économie mondiale. On le sait le développement de la société repose en partie sur son taux de natalité. D’autre part, l’éducation des enfants et l’équilibre familial sont des facteurs décisifs dans la dégradation ou non des mœurs sociétales. Le croyant doit prendre conscience que la moralité collective d’un peuple dépend d’abord de l’épanouissement individuel des êtres au sein de leur foyer. Chacun, à son niveau, possède donc un devoir moral vis-à-vis de sa communauté. Il doit s’acquitter de ce devoir avec la plus grande noblesse. Le Prophète a dit : « Chacun de vous est responsable et sera interrogé sur sa responsabilité ». Bukhari « Allah a fait pour vous à partir de vous-mêmes des épouses et de vos épouses, Il vous a donné des enfants et des petits enfants et vous a attribués de bonnes choses. Est-ce donc en le faux qu’ils croient et nient-ils le bienfait d’Allah ». s.16 v.72

Voici étape après étape, les recommandations à respecter pour la réussite de l’entreprise que représente la famille.

  1. Embellir et clarifier ses intentions

    Dans un premier temps, il convient de faire le point sur les motivations qui animent notre désir de fonder une famille, car le Prophète avait pour habitude de dire : « Les actes ne valent que par les intentions et chacun n’aura que les fruits de ses intentions ». Muslim. Ainsi donc, il faut s’assurer d’abord de la sincérité de nos démarches quant à la recherche de l’âme sœur.

  2. Rechercher le soutien en Allah

    Le Prophète a dit : « Invoquer Dieu c’est l’arme du croyant ». Al Hakim En effet, celui-ci débute tout acte en demandant à son Seigneur son soutien et son aide. Trouver l’âme sœur, la belle famille idéale ou même avoir des enfants modèles relèvent parfois du parcours du combattant. La famille ne répond pas toujours à nos attentes. Il arrive même qu’elle soit en opposition totale avec nos convictions. Comme ce fut le cas pour le Prophète Noé qui, malgré son statut et son haut rang, n’a nullement eu l’épouse et l’enfant qui Lui correspondait. A contrario, le pharaon d’Egypte Ramsès 2, avait une épouse dont rêve tous hommes pieux. A ce propos, Allah dit : « Allah cite comme parabole pour ceux qui ont mécru la femme de Noé et celle de Lout. Elles étaient sous l’autorité de deux vertueux de nos serviteurs. Toutes deux les trahirent et ils ne furent d’aucune aide pour elles face à Allah. Et ils leurs fut dit : « Entrez au feu toutes les deux avec ceux qui y entrent ». Et Allah cite comme parabole pour ceux qui ont cru, la femme de pharaon quand elle dit : « O seigneur, construis-moi auprès de toi une maison au paradis, sauve-moi de pharaon et de son œuvre et sauve-moi des gens injustes ». s.66 v.10-11.

    Par conséquent, il ne faut pas attendre d’être dans l’adversité pour s’en remettre au Seigneur mais il faut débuter toutes relations avec l’aide de Dieu car comme Il nous avertit : « Dis mon Seigneur ne se souciera point de vous sans vos invocations ». s.25 v.77

  3. Chercher l’âme sœur

    Il va de soi que ce n’est pas en croisant les bras que l’âme sœur va nous tomber du ciel. Comme on dit : « si la montagne ne vient pas à toi alors marche vers elle ». Le critère de la piété est essentiel car c’est le seul moyen de limiter les problèmes après le mariage. Comme dit le Prophète : « S’il vous vient une personne dont vous agréez sa moralité et sa religiosité alors mariez-vous sinon il règnera sur terre une grande tentation et une grande turpitude ».Tirmidhi

    Ouvrons une parenthèse concernant les sites spécialisés dans les rencontres. Il est important de les aborder avec prudence tant qu’il n’y paraît pas un gage de droiture et de moralité islamique.

    Le choix de l’âme sœur doit prendre également en compte la famille et les fréquentations de la personne convoitée. Lorsqu’on épouse une personne on épouse aussi sa famille. Malheureusement, il n’est pas rare de constater que l’omniprésence de cette dernière, au sein du couple, engendre des conséquences néfastes.

  4. Etre clair dans ses conditions

    Il faut savoir dès le début poser clairement ses conditions et s’entendre dessus. Surtout ne pas attendre après le mariage pour revendiquer le respect d’une quelconque condition qui n’a jamais existé. Le Prophète a dit : « Les croyants s’en tiennent aux conditions qu’ils se sont fixés ».Bukhari

  5. Ne pas débuter le mariage par le haram

    Lorsque les bases du mariage ont été souillées par le péché, il ne faut pas s’étonner de la suite chaotique des événements. « La bonne terre fait pousser sa végétation avec la grâce de son Seigneur, quant à la mauvaise terre sa végétation ne sort qu’insuffisamment et difficilement. C’est ainsi que nous divulguons des enseignements pour les gens reconnaissants ». s.7 v.58. Il faut donc, par exemple, prêter attention à l’organisation de la cérémonie, trop souvent synonyme de gaspillage. Par ailleurs, les futurs époux doivent respecter les exigences de leur foi durant toute la période prénuptial.

  6. Le choix de l’imam et des témoins

    Il est important de choisir pour la cérémonie du mariage un imam digne de ce nom : compétent, sage et avisé. Idem pour les témoins, qui doivent être en mesure d’intervenir en cas de conflits en tant que médiateurs. Ce choix est non-négligeable car il évitera l’étalage de nos soucis et offre l’opportunité de se confier en toute quiétude.

    Il faut s’écarter aussi des conseils malveillants d’amis qui pourraient porter préjudice à l’entente dans le couple.

  7. Une dot pas trop élevée !

    Le Prophète a dit dans un hadith : « Celles qui se sont mariées avec une dot moins élevée auront plus de bénédictions dans leur mariage ». Al Hakim Ce hadith démontre que la dot ne signifie pas surenchérir.

  8. Les rituels de la première nuit

    Il ne faut surtout pas oublier de formuler les invocations lors des premiers rapports sexuels et ceci avant chaque rapport durant toute la vie maritale. Comme l’a souligné le Prophète : « Si l’un d’entre vous répète avant d’approcher son conjoint : O seigneur écarte-nous du diable et écarte le diable de notre descendance, alors s’ils ont un enfant il sera préservé du diable ». Muslim

  9. Ne pas avoir la mémoire courte

    Très souvent, les couples ont tendance lors des difficultés à oublier les bons moments passés ainsi que les bons comportements témoignés l’uns vis-à-vis de l’autre. Le coran nous enseigne à garder en mémoire les bons instants partagés ensemble afin de minimiser l’impact de la colère lors des désaccords. Allah dit : « Et n’oubliez pas le bien qu’il y a eu entre vous ». s.2 v.237

  10. A chacun ses droits et devoirs

    Dans un couple, chacun doit absolument prendre conscience des limites de ses droits et du sens de ses devoirs. Il faut apprendre à ne pas transgresser les limites. La défaillance de l’un dans ses devoirs ne doit pas le priver, pour autant en retour, de ses droits. Le Prophète a dit : « Accomplissez vos devoirs et remettez-vous en à votre Seigneur par rapport à vos droits non perçus». Muslim

  11. Adopter les bonnes habitudes

    Le changement d’attitude et de comportement, en décalage avec celui affiché avant le mariage, cause fréquemment des conflits. Afin d’éviter toutes mauvaises surprises, il faut s’en tenir à une règle d’or : « Ne jamais débuter ce qui ne pourra pas durer ». Ainsi, on s’accommodera dès le départ de la réalité en s’abstenant d’entretenir l’illusion d’un monde utopique.

  12. Les prénoms des enfants

    A l’arrivée d’un enfant, il est primordial de choisir un prénom porteur d’un sens moral et spirituel dont il pourra être fier. Lorsque le Prophète est né, sa mère l’a appelé Muhammad afin, dit-elle : « que les habitants de la Terre entière le louent ». Et Omar avait pour habitude de dire qu’il figure parmi les droits des enfants par rapport à leurs parents le fait d’avoir un prénom digne des vertus humaines.

  13. Le baptême

    Baptiser son enfant est une manière d’implorer Allah pour l’avenir du nouveau né pour lequel on sacrifie une bête en signe de sa survie. C’est aussi un témoignage de reconnaissance. Allah dit : « C’est Lui qui vous a crée d’un seul être et Il a tiré de lui son épouse. Et lorsque celui-ci eu cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse. Puis lorsqu’elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent Allah, leur Seigneur : « Si Tu nous donnes un enfant sain, nous serons certes du nombre des reconnaissants. Puis lorsqu’Il leur eut donné un enfant sain, tous deux assignèrent à Allah des associés en ce qu’Il leur avait donné. Mais Allah est bien au-dessus des associés qu’on Lui assigne ». s.7 v.189-190.

  14. L’éducation des enfants

    Le meilleur cadeau et le plus grand devoir vis-à-vis de sa progéniture est de lui offrir une éducation digne de celle du croyant, de lui inculquer les valeurs morales et humaines. En bref, lui donner les armes pour survire dans ce monde semé d’embûches et de tentations. La bonne éducation des enfants c’est aussi l’assurance de la tranquillité des parents à l’avenir. A défaut, ils en seront les premières victimes.

  15. Respecter leurs choix

    Puis vient le jour où à leurs tours, nos enfants, devront prendre leurs propres décisions et en assumer les conséquences. Ce passage est délicat car nous devons parvenir à les conseiller tout en respectant obligatoirement leur liberté d’opinion. Le non respect de ces choix ou l’indifférence affichée peuvent, malheureusement, occasionner des cassures et un éloignement parfois irréversible.

Chers lectrices et lecteurs, nous espérons que ces conseils pourront vous être profitable et vous accompagner tout au long de votre projet, à savoir fonder une famille.

« O vous les hommes, craignez votre seigneur, celui qui vous a crée d’un seul être et a crée de celui-ci son épouse et qui de ces deux là a répandu sur la Terre beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous implorez les uns et les autres, et craignez de rompre les liens de sang. Allah certes, vous observe parfaitement. » s.4 v.1

Inscrivez-vous à notre newsletter 💌
Ne loupez plus un seul de nos articles, inscrivez-vous à notre newsletter !

Suggestions

Mariage chez les Musulmans

Limites des fiançailles

Se fiancer ne signifie en rien se marier. Ainsi, il faudra pour l’homme et la femme respecter les limites établies par Allah L’exalté, qu’il ne faut en aucun cas transgresser. Ils devront faire preuve de pudeur et de retenue jusqu’à ce que le mariage les unissent même si, les fiançailles offrent un caractère de rapprochement plus notable que lorsque l’on n’est pas fiancé.

Mohamed Dahab

il y a 2 mois

Mariage chez les Musulmans

Que veut dire le mariage est la moitié de la foi ?

Cette expression nous vient de la parole de notre bien-aimé le prophète, paix et salut sur lui, qui dit dans un hadith : « Lorsque le serviteur se marie, alors il a complété la moitié de la foi; qu'il craigne donc Allah dans la moitié restante » (Bayhaqi). Pour le comprendre, il faut retourner vers le Noble Coran, qui dans plusieurs versets, a démontré que le but de l’homme sur Terre repose sur deux choses : peupler la Terre et adorer son Créateur. Et lorsque le musulman s’adonne à l’adoration de son seigneur, il accomplit en effet une partie des exigences de sa foi : « O vous les hommes, adorez votre seigneur, celui qui vous a crée ainsi que ceux d’avant vous afin de vous prémunir. » s.2 v21. Et pour concrétiser l’autre partie, c'est-à-dire peupler la Terre et garantir la pérennité de l’espèce : « C’est Lui qui vous a crée de terre et vous a sommé de la peupler. » s.11 v61, le mariage reste le seul modèle matrimonial admis par l’islam d’où son importance.

Mohamed Dahab

il y a 2 mois

Mariage chez les Musulmans

Se marier avec une femme sans foulard

Parmi les conditions qu’imposent notre foi en vue de s’unir avec son futur époux ou épouse, le port du voile n’en fait pas parti.

Mais ceci relève plutôt d’une pratique pudique aussi importante que dans ses actes et paroles. Face à la bonne moralité le foulard ne fait pas le poids. Cette réponse ne remet en aucun cas en cause le fait que le port du voile soit pour la femme musulmane une prescription divine.

Mohamed Dahab

il y a 2 mois